Thèse de Doctorat

Jeudi 4 décembre 2014
Amphi 208 à 14h

 

Les aquaporines de la cellule de garde d’Arabidopsis thaliana : rôles dans le transport de l’eau et du péroxyde d’hydrogène

Olivier Rodrigues
BPMP, équipe Aquaporines

 

Ecole Doctorale : GAIA – Biodiversité, Agriculture, Alimentation, Environnement, Terre, Eau
Spécialité : BIDAP – Biologie, Interactions, Diversité Adaptative des Plantes

 

Composition du jury :
Alain VAVASSEUR, DR CEA Cadarache Rapporteur
Jean COLCOMBET, CR Unité de Recherche en Génomique Végétale Rapporteur
Jean-Philippe REICHHELD, DR Laboratoire Génome et Développement des Plantes Examinateur
Bruno TOURAINE, Prof Université Montpellier 2 Examinateur
Nathalie LEONHARDT, DR CEA Cadarache Examinateur
Christophe MAUREL , DR Biochimie et Physiologie Moléculaire des Plantes Directeur de thèse
Lionel VERDOUCQ, CR Biochimie et Physiologie Moléculaire des Plantes CoDirecteur de thèse

 

Résumé :
Les mouvements stomatiques en réponse aux stimuli environnementaux sont cruciaux pour le contrôle du statut hydrique de la plante et sa protection contre les pathogènes. L’acide abscissique (ABA) et les Motifs Moléculaires Associés aux Pathogènes (PAMPs), comme le peptide flg22, déclenchent, via le peroxyde d’hydrogène (H2O2), des processus de signalisation qui conduisent à la fermeture stomatique. Bien que les mouvements stomatiques impliquent d’importants flux membranaires d’eau et changements de volume cellulaire, le rôle des canaux hydriques membranaires (aquaporines, AQP) est resté hypothétique. Des expérimentations sur épidermes isolés montrent que les plantes pip2;1 d’Arabidopsis thaliana invalidées pour le gène codant pour PIP2;1, une AQP de la membrane plasmique, présentent un défaut de fermeture stomatique en réponse à l’ABA et au flg22, mais des réponses normales à l’obscurité, la lumière ou le dioxyde de carbone. Les protoplastes de cellules de garde de plantes sauvages présentent, contrairement aux protoplastes de plantes pip2;1, une augmentation de perméabilité hydrique (Pf) de deux fois en réponse à l’ABA. Une sonde génétique sensible à l’H2O2 (HyPer) a permis de révéler une accumulation d’H2O2 dans les cellules de garde de plantes sauvages en réponse à l’ABA et au flg22, accumulation qui est abolie chez les plantes pip2;1. SnRK2;6 (OST1), une protéine kinase étroitement liée aux récepteurs de l’ABA, est capable de phosphoryler in vitro un peptide cytoplasmique de PIP2;1, au niveau du résidu Ser121. SnRK2;6 augmente aussi l’activité de transport d’eau de PIP2;1 après co-expression en ovocytes de xénope. L’expression dans des plantes pip2;1 de formes mutées de PIP2;1 mimant un état phosphorylé (Ser121Asp) ou non phosphorylé (Ser121Ala) a permis de montrer que l’augmentation de Pf en réponse à l’ABA, l’accumulation intracellulaire d’H2O2 et la fermeture stomatique induites par l’ABA ou le flg22, requièrent la phosphorylation de PIP2;1 en Ser121. Ce travail fournit les premières évidences génétiques et physiologiques directes d’un rôle des AQPs dans les mouvements stomatiques. Nous proposons que PIP2;1 joue à la fois un rôle hydraulique et signalétique en facilitant le transport d’eau et H2O2 au travers de la membrane plasmique des cellules de garde. Sa phosphorylation en Ser121, par SnRK2.6 notamment, serait nécessaire à son activation dans ce contexte.


Lien sur theses.fr
Manuscrit de thèse (pdf)