Le fer est l’un des micronutriments les plus importants pour les plantes car il est impliqué dans de nombreuses fonctions cellulaires (e.g. la photosynthèse ou la respiration). Tout défaut dans la disponibilité du fer affectera la croissance et le développement des plantes ainsi que le rendement des cultures et la qualité des produits végétaux. Ainsi, l’homéostasie du fer doit être finement régulée afin d’assurer une absorption optimale de cet élément minéral. La compréhension des mécanismes régissant l’homéostasie du fer dans les plantes a fait l’objet de plusieurs études au cours des 10 dernières années. Ces études ont grandement amélioré notre compréhension des mécanismes moléculaires impliqués, révélant un réseau de régulation transcriptionnel dépendant du fer complexe. De manière frappante, ces études ont également mis en évidence que ce réseau de régulation repose sur l’activité de nombreux régulateurs transcriptionnels qui appartiennent au même groupe de facteurs de transcription (FT), la famille des bHLH (basic helix-loop-helix). Ceci est particulièrement bien illustré chez Arabidopsis thaliana où, à ce jour, 16 FT bHLH ont été caractérisés comme impliqués dans ce processus et agissant dans une cascade de régulation complexe. Parmi ces bHLH, certains appartiennent à des clades spécifiques, indiquant que des fonctions particulières dédiées au maintien de l’homéostasie du fer ont émergé au cours de l’évolution de la lignée verte. Dans cette mini revue, nous présentons de nouvelles perspectives sur le contrôle de l’homéostasie du fer et l’implication des FT de type bHLH dans ce processus métabolique.