Séminaire IBIP
Les séminaires ont lieu sur le Campus Montpellier SupAgro/INRA de La Gaillarde (2, place P. Viala Montpellier)

Jeudi 7 mai 2009
Amphi 206 (Cœur d’Ecole) à 14h

L’Ecotron Européen de Montpellier

Jacques Roy
Directeur, Ecotron, CNRS UPS 3248

Le CNRS, au travers de l’Institut d’écologie et environnement (INEE), met en place une politique ambitieuse de très grands équipements en écologie, à l’instar de ce qui se fait depuis longtemps dans d’autres domaines comme l’astrophysique (tout en restant bien moins coûteux). Le premier né de ces grands équipements est l’Ecotron européen de Montpellier, cofinancé par la région Languedoc-Roussillon et soutenu par le conseil général de l’Hérault. Le bâtiment a été livré fin 2008 et est actuellement en cours d’instrumentation. Des générations antérieures de ce type d’équipements ont été construites dans d’autres pays, notamment à Londres en 1991 et à Reno (Nevada) en 1995.Maillon important entre l’analyse de fonctions élémentaires en conditions très simplifiées et l’étude d’écosystèmes in situ, un écotron est à la fois un simulateur d’environnement (du futur comme du passé) et un analyseur de processus, notamment ceux qui génèrent les flux de matière et d’énergie entre les compartiments de l’écosystème et qui sont contrôlés par l’activité et la diversité des différentes communautés d’espèces (la biodiversité). En confinant des écosystèmes dans des enceintes, un écotron permet, d’une part, de simuler une large gamme de conditions environnementales (température, conditions hydriques, taux de dioxyde de carbone -CO2-, polluants …) et, d’autre part, de mesurer précisément les principaux flux générésau sein del’écosystème et d’établir ainsi des bilans de matière.Constitué de trois plateaux expérimentaux à différentes échelles, l’Ecotron permettra de répondre à des questions dans une large gamme de domaines biologiques, allant de la physiologie de l’écosystème à celle d’organismes en passant par les interactions entre espèces et la dynamique des communautés. Implanté sur le campus de Baillarguet au Nord de Montpellier, cette unité CNRS (UPS 3248) sera au service de la communauté scientifique internationale travaillant sur les écosystèmes et organismes naturels ou cultivés. Pour une fraction de son temps d’utilisation, elle sera directement à la disposition de la communauté montpelliéraine sans passer par une procédure d’appels à propositions de recherche.


Contact : Thierry Simonneau

Contacts IBIP :
Sabine Zimmermann
Marc Lepetit
Corinne Dasen
Chantal Baracco