Habilitation à Diriger des Recherches

Vendredi 16 mai 2014
à 14h00 – Amphithéâtre 208, Campus La Gaillarde

 

Régulation du transport racinaire de nitrate chez Arabidopsis thaliana

Laurence Lejay-Lefebvre
BPMP, équipe Intégration des fonctions nutritives dans la plante entière

 

Composition du jury :
Olivier Loudet, INRA Versailles, Rapporteur
Martine Thomas, Université Paris Sud, IBP, Orsay, Rapporteur
Sébastien Thomine, CNRS, ISV, Gif sur Yvette, Rapporteur
Jean-Marc Deragon, CNRS, LGDP, Perpignan
Michel Lebrun, Université Montpellier 2, LSTM
Christophe Robaglia, Faculté des sciences de Luminy, LGBP, Marseille

 

Résumé :
Chez Arabidopsis, NRT2.1 code pour le principal transporteur racinaire de nitrate à forte affinité (HATS). Sa régulation a été étudiée principalement au niveau transcriptionnel ce qui a permis de montrer une forte corrélation entre l’expression de NRT2.1 et l’activité du HATS en réponse à des traitements carbone et azote. Cependant, malgré le rôle central de NRT2.1 dans la nutrition des plantes peu de choses sont connues concernant les mécanismes moléculaires impliqués dans sa régulation. Au cours des dernières années nous avons combiné différentes approches pour étudier le contrôle de l’expression de NRT2.1 par la signalisation carbone et la régulation de NRT2.1 au niveau de la protéine. Nous avons montré que NRT2.1 est induit par la lumière et les sucres à travers le fonctionnement de la voie oxidative des pentoses phosphates (OPPP). De plus, en combinant des approches d’immunologie à l’utilisation de lignées transgéniques exprimant un transgène fonctionnel 35S::NRT2.1 dans le mutant atnrt2.1, nous avons pu montrer l’existence de mécanismes de régulation post-transcriptionnelle. Plus récemment, nous avons également démarré une approche de biologie des systèmes en collaboration avec le laboratoire de Rodrigo Gutierrez au Chili et un groupe de physiciens de l’université Montpellier 2. Pour ce travail, NRT2.1 est utilisé comme gène cible en réponse à des combinaisons de traitements entre la lumière, le carbone et l’azote pour décrypter et modéliser les réseaux de gènes impliqués dans le contrôle du transport de nitrate. L’objectif à terme de ces approches est d’utiliser les informations obtenues grâce à NRT2.1, comme point de départ pour étudier l’impact des mécanismes de régulation identifiés sur les autres acteurs du transport et du métabolisme azoté et obtenir ainsi une vision globale de la régulation de la nutrition azotée des plantes.