Informations générales

Intitulé de l’offre : Chercheur post-doctoral (H/F) : contrôle de l’hydraulique des plantes par l’ABA
Référence : UMR5004-CECABA-006
Lieu de travail : MONTPELLIER
Date de publication : mercredi 15 mai 2019
Type de contrat : CDD Scientifique
Section CN : Biologie végétale intégrative
Durée du contrat : 12 mois (prolongeable jusqu’à 30 mois)
Date d’embauche prévue : 1 septembre 2019
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : entre 2 500€ et 3 000€ bruts mensuels selon experience
Niveau d’études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : Indifférent

Missions

Ce poste s’inscrit dans un programme de recherche sur le contrôle du transport d’eau chez les plantes par une hormone de stress, l’acide abscissique (ABA). Le travail sera mené dans le groupe du Dr Christophe Maurel, au sein du laboratoire de Biochimie et Physiologie Moléculaire des Plantes (INRA/CNRS/SupAgro/Université de Montpellier, France). Il sera développé dans le cadre d’un projet franco-allemand ANR-DFG, en collaboration étroite avec le groupe du Prof. Erwin Grill (Technische Universität München, Allemagne). Ce projet utilisera Arabidopsis thaliana pour comprendre comment le statut hydrique de la plante peut être maintenu grâce aux effets tissulaires spécifiques de l’ABA et à une communication entre racines et tiges.

Activités

Le/La chercheur(se) post-doctoral décrira comment l’hydraulique des racines et cellules de garde d’Arabidopsis manifestent des sensibilité hormonales et des réponses différentes à l’ABA. Ce travail nécessitera une analyse moléculaire précise de divers modules de signalisation de l’ABA ciblant les aquaporines. Des plantes exprimant des complexes de signalisation modifiés seront générées et des profils de phosphorylation tissulaires-spécifiques induits par l’ABA seront caractérisés par des approches protéomiques. La régulation par l’ABA du transport de l’eau dans ces matériels sera caractérisée à l’aide de méthodes disponibles au laboratoire.

Compétences

Les candidats doivent être titulaires d’un doctorat et avoir montré une aptitude à la recherche attestée par des publications de haut niveau. Nous cherchons plus spécifiquement un(e) scientifique très motivé(e) et indépendant(e) avec une formation solide en physiologie moléculaire des plantes. Une expérience préalable en signalisation cellulaire et/ou phosphorylation des protéines sera appréciée. Une bonne maîtrise de l’anglais et un bon esprit d’équipe sont également essentiels.

Contexte de travail

Le laboratoire et l’équipe d’accueil possèdent une reconnaissance mondiale en physiologie des transports et des stress (http://www1.montpellier.inra.fr/ibip/bpmp/)
(Shahzad Z et al., 2016, Cell 167:87; Rodrigues et al., 2017, PNAS 114: 9200, Tang et al., 2018, Nat. Commun. 9: 3884, Prado et al., 2019, Plant Cell, 31:417).

Contraintes et risques

Pas de risque spécifique

Informations complémentaires

Les candidatures doivent être soumises de préférence avant le 1er juillet 2019, via le portail emploi du CNRS. Elles doivent inclure un CV, une description de l’expérience de recherche antérieure et les noms et adresses de trois références. Ce poste sera disponible jusqu’à ce qu’il soit pourvu. Toutes les candidatures qui ne seront pas enregistrées via le portail emploi du CNRS ne seront pas étudiées.