B&PMP (Biochimie et Physiologie Moléculaire des Plantes) est une Unité Mixte de Recherche (CNRS/INRAE/SupAgro/Université Montpellier) dont les travaux visent à élucider les mécanismes fondamentaux régissant la nutrition hydro-minérale des plantes et leurs réponses aux contraintes abiotiques de l’environnement, notamment celles liées au changement climatique.

Notre finalité est double : mieux comprendre l’organisation et le fonctionnement du vivant, participer au développement d’une agriculture durable, économe en ressources naturelles et respectueuse de l’environnement.

Notre démarche est celle de la Biologie Intégrative. Elle combine des approches pluridisciplinaires (génomique, biophysique, biologie moléculaire, modélisation) et multi-échelles (du gène à la plante entière) sur diverses espèces végétales (plantes modèles ou d’intérêt agronomique). Nos recherches s’intéressent à la coordination entre développement et fonctions physiologiques des organes, notamment des racines qui constituent un domaine d’expertise fort de l’unité. L’objectif est de déterminer comment cette coordination aboutit à une réponse intégrée de la plante aux contraintes environnementales, et comment elle gouverne sa croissance.

en savoir plus

Cette vidéo utilisera 50Mo de données pour être lu

Faits marquants

Gabriel Krouk fait partie du classement Clarivates analytics 2020 des ‘chercheurs hautement cités’

6 167 chercheurs de plus de 60 pays et régions sont les ‘chercheurs hautement cités’ (HiCi) du classement Clarivates analytics. 160 sont affiliés à des institutions en France

Rôle du transporteur vacuolaire AtCLCa dans l’homéostasie du pH cytosolique

Le développement d’un procédé original d’imagerie en direct pour mesurer simultanément le pH et la dynamique des anions dans le cytosol révèle l’importance d’un CLC d’Arabidopsis thaliana, AtCLCa, dans l’homéostasie du pH cytosolique.

Artificial Intelligence to Predict Plant gene networks and Phenotypes

Projet porté par Gabriel Krouk de l’équipe HoNuDe (Hormones, Nutriments et Développement) soutenu par l’I-Site Muse, Pôle de Recherche Agriculture-Environnement-Biodiversité

À la poursuite du lupin blanc

Le lupin blanc, capable de capter des nutriments même dans des sols très pauvres, pourrait permettre de prévenir une future crise du phosphate. Le séquençage de son génome, réalisée pour la première fois au laboratoire BPMP de Montpellier, a permis d’identifier le gène responsable de cet étonnant pouvoir.

Lupin blanc : le génome de cette légumineuse d’avenir enfin séquencé

Le lupin blanc possède un système racinaire très adapté aux sols pauvres, grâce à ses racines protéoïdes, il extrait le phosphate du sol de manière très efficace. Le décryptage de son génome représente une étape majeure vers la compréhension de ce mécanisme.

Séminaires

Soutenance de thèse : Kévin ROBE

Jeudi 28 Janvier 2021 – Localisation, dynamique et rôle des coumarines dans la nutrition en fer chez Arabidopsis thaliana

Emplois / Stages