AFFINER PAR TYPE
  • Rapports/études/travaux (documents) (0)
  • Rapports/études/travaux (collections) (0)
  • Législation et Réglementation (0)
  • Statistiques, Chiffres et données (0)
  • Organismes de recherche (0)
  • Organisations gouv. et internationales (0)
  • ONG, Associations, Entreprises (0)
  • Outils de recherche de l'information (0)
  • Tous les types (0)
AFFINER LA RECHERCHE

DETAIL DE LA NOTICE

2019 - Viande, manger moins, manger mieux

https://www.wwf.fr/sites/default/files/doc-2019-10/20191014_Etude_Viande-manger-moins-manger-mieux-min.pdf

Rapports/études/travaux (documents)

langue Francaise

WWF France

Inscrit  dans une démarche  commune  au  réseau WWF européen,  cette  étude  peut s’apparenter à un guide de consommation responsable. Sa  vocation  estd’interroger le consommateur sur les impacts de son alimentation, et d’orienter ses choix en répondant à lalogique suivante: «manger  moins,  manger  mieux»  de protéines  animales (viande, lait et œufs). L’impact  de  l’élevage  a  été  plus  particulièrement  étudié  depuis 2006,  suite  à la publication du rapport de la FAO, Livestock’s long shadow, et de ses mises à jour (2010, 2013). Associé  aux  enjeux  de  sécurité  alimentaire, il  met  en  avant  les  externalités négatives de l'élevage sur le climat et l’environnement, à l’échelle mondiale. Dans cette lignée,  différentes  études se  sont  penchées  sur  des  méthodologies plus robustes pour décrire l’impact d’un secteur dépendant de pratiques et territoires bien distincts. Les impacts de l’élevage se résument trop souvent à ses émissions de gaz à effet de serre, alors  queson maintien est tout autant mis en valeur par l’importance du stockage de carbone  par  les  prairies  et  parcours. En  parallèle,les  risques  associés  aux  conduites d’élevage ont des incidences locales sur les milieux:  eutrophisation,  acidification  ou pollution   par   les   pesticides.   L’alimentation  desespèces monogastriques(porcs, volailles)  dont  la  production  est  en  forte  croissance, soulèvequant  à  ellel’enjeu de l’autonomie protéique des pays. Elledélocaliseen outre une partie de leur impact sur la biodiversité dans les pays exportateurs. Le soja constitue en effet une protéine de choix pour   les   rations   alimentaires   des   animaux,   mais   son   importation   du   Brésil   ou d’Argentine est synonyme de déforestation et conversion de milieux naturels riches. L’approche  développée  ici   cherche   à   mieux   caractériser   l’impact  des   modes   de production sur le  fonctionnement  des  flux prioritaires caractérisant  le  système  terre : cycle du carbone, de l’azote, de l’eauet la biodiversité.  Cela  étant  dit, cette évaluation doit  permettre  au  consommateur  de  fairele  bon  choix  entre  divers  modes  de production au sein de chaque filière d’élevage.

WWF France, 38 p., Octobre 2019



 

25 octobre 2019

A.Vertier

Retour vers la page précédente