AFFINER PAR TYPE
  • Rapports/études/travaux (documents) (0)
  • Rapports/études/travaux (collections) (0)
  • Législation et Réglementation (0)
  • Statistiques, Chiffres et données (0)
  • Organismes de recherche (0)
  • Organisations gouv. et internationales (0)
  • ONG, Associations, Entreprises (0)
  • Outils de recherche de l'information (0)
  • Tous les types (0)
AFFINER LA RECHERCHE

DETAIL DE LA NOTICE

2019 - Feuille de route : prise en charge de l'obésité 2019-2022

https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/feuille_de_route_obesite_2019-2022.pdf

Rapports/études/travaux (documents)

langue Francaise

 

 

Ministère des Solidarités et de la Santé

Synthèse en 4 pages

En France, près de la moitié des adultes sont en surpoids et 8 millions d’entre eux souffrent d’obésité, dont 500 000 sous une forme sévère. Pathologie en elle-même, elle est aussi le facteur de risque principal de nombreuses maladies chroniques (maladies cardio-vasculaires, diabète de type 2, cancers…). Elle représente 2,8 milliards d’euros en soins de ville et 3,7 milliards d’euros à l’hôpital : son impact est majeur pour la collectivité, et marqué par de fortes inégalités sociales et territoriales.

Faire reculer l’obésité nécessite de mobiliser tous les leviers de la politique de santé portée par Agnès Buzyn depuis 2017. Elle commence par la priorité donnée à la prévention dès le plus jeune âge. Le quatrième programme national nutrition santé lancé le 20 septembre dernier s’est donné pour objectif de réduire de 15% la prévalence de l’obésité chez l’adulte et de 20% chez l’enfant d’ici 2023. Il promeut notamment le déploiement du Nutriscore. Mais la prévention ne peut constituer aujourd’hui la seule réponse. La feuille de route de prise en charge de l’obésité s’appuie ainsi sur les changements impulsés par Ma Santé 2022 : un système de soins décloisonné et coordonné entre la ville et l’hôpital et entre les différents professionnels de santé, pour mieux prendre en charge les patients atteints de maladies chroniques, et des logiques de parcours gradués, offrant le bon soin au bon moment, du plus simple au plus expert, de manière sécurisée et pertinente.

Ministère des Solidarités et de la Santé, 38 p., Octobre 2019

 

 

18 octobre 2019

A.Vertier

Retour vers la page précédente