AFFINER PAR TYPE
  • Rapports/études/travaux (documents) (0)
  • Rapports/études/travaux (collections) (0)
  • Législation et Réglementation (0)
  • Statistiques, Chiffres et données (0)
  • Organismes de recherche (0)
  • Organisations gouv. et internationales (0)
  • ONG, Associations, Entreprises (0)
  • Outils de recherche de l'information (0)
  • Tous les types (0)
AFFINER LA RECHERCHE

DETAIL DE LA NOTICE

2019 - Food in the Anthropocene: the EAT Lancet Commission on healthy diets from sustainable food systems

https://doi.org/10.1016/S0140-6736(18)31788-4

Rapports/études/travaux (documents)

langue Francaise

Willett, W., Rockström, J., Loken, B., Springmann, M., Lang, T., Vermeulen, S., Garnett, T., Tilman, D., DeClerck, F., Wood, A., Jonell, M., Clark, M., Gordon, L. J., Fanzo, J., Hawkes, C., Zurayk, R., Rivera, J. A., De Vries, W., Majele Sibanda, L., Afshin, A., Chaudhary, A., Herrero, M., Agustina, R., Branca, F., Lartey, A., Fan, S., Crona, B., Fox, E., Bignet, V., Troell, M., Lindahl, T., Singh, S., Cornell, S. E., Srinath Reddy, K., Narain, S., Nishtar, S., Murray, C. J. L.

Un résumé en français de cette étude est disponible : "Alimentation, planète, santé. Une alimentation saine issue de production durable", 32 pages

Une alimentation malsaine est la première cause de mortalité prématurée dans le monde. Quant à la production mondiale d’aliments, elle génère entre 20 et 30 % de nos émissions de gaz à effet de serre et est l’un des premiers facteurs de perte de biodiversité dans le monde.

Partant de ce constat, la commission Lancet-EAT a travaillé sur ce que pourrait être un régime alimentaire à la fois bon pour la santé et bon pour la planète. 37 experts de 16 pays différents ont participé à ce rapport. D'après les scientifiques, cette modification de notre alimentation pourrait permettre d'éviter environ "11 millions de décès prématurés par an" dans le monde, causées entre autres par des maladies chroniques telles que l'obésité, le diabète ou par certains cancers attribués à une mauvaise alimentation. La planète, elle, verrait sa biodiversité mieux protégée et une réduction des gaz à effets de serre.

Trois messages clé en ressortent : il faudrait doubler la consommation mondiale moyenne de noix, de fruits, de légumes et de légumineuses et réduire de plus de 50 % la consommation de sucres ajoutés et de viande rouge dans les pays les plus développés.

The Lancet, pp. 42, January 2019


18 janvier 2019

A.Vertier

Retour vers la page précédente