AFFINER PAR TYPE
  • Rapports/études/travaux (documents) (0)
  • Rapports/études/travaux (collections) (0)
  • Législation et Réglementation (0)
  • Statistiques, Chiffres et données (0)
  • Organismes de recherche (0)
  • Organisations gouv. et internationales (0)
  • ONG, Associations, Entreprises (0)
  • Outils de recherche de l'information (0)
  • Tous les types (0)
AFFINER LA RECHERCHE

DETAIL DE LA NOTICE

2018 - Vers une alimentation bas carbone, saine et abordable. Volet 2 - prospective des régimes alimentaires et évolution de l'empreinte carbone en France

https://www.wwf.fr/sites/default/files/doc-2018-10/20181015_etude_vers_alimentation_bas_carbone_saine_abordable_volet2-min.pdf

Rapports/études/travaux (documents)

langue Francaise

WWF / Eco2 Initiative

Si de plus en plus de consommateurs français réduisent leur consommation de viande et s’orientent vers des habitudes de consommation plus responsables, le développement de régimes végétariens ou végétaliens est un mouvement de moins en moins marginal. Aversion pour la viande, respect du bien-être animal, préoccupation pour les enjeux climatiques, etc., les raisons sont diverses, mais cette tendance se confirme non seulement par de récentes enquêtes mais également par le développement d’une offre alimentaire végétarienne et végétale de plus en plus présente dans les commerces et la restauration. Alors  que  l’assiette flexitarienne, présentée  dans  l’étude «Vers  une  alimentation  bas  carbone,  saine  et durable » (WWF, Eco2 Initiative, 2017), s’inscrit bien dans la transition agricole et alimentaire, elle reste une proposition  de  régime  alimentaire durable qui  ne peut  pas  être adoptée par l’ensemble d’une population. En effet, les habitudes alimentaires sont associées à divers paramètres : socio-économiques, culturels, modes de vies, âge, sexe, appartenance à un milieu social, etc. L’objectif de cette étude est donc double : À l’instar de ce régime flexitarien, nous souhaitions analyser les indicateurs de durabilité  (qualité  nutritionnelle, empreinte  carbone, coût) d’un régime alimentaire végétarien, puis dans un second temps, avoir une vision globale des principaux régimes alimentaires (INCA3), flexitarien, végétarien, végétalien) qui se développent dans la société française. Ainsi, une modélisation prospective de leur répartition dans la population française a permis de quantifier de manière plus réaliste la réduction potentielle des émissions de gaz à effet de serre (EGES) d’ici à 2050.

WWF / Eco2 Initiative, 16 p., Octobre 2018

23 octobre 2018

A.Vertier

Retour vers la page précédente