AFFINER PAR TYPE
  • Rapports/études/travaux (documents) (0)
  • Rapports/études/travaux (collections) (0)
  • Législation et Réglementation (0)
  • Statistiques, Chiffres et données (0)
  • Organismes de recherche (0)
  • Organisations gouv. et internationales (0)
  • ONG, Associations, Entreprises (0)
  • Outils de recherche de l'information (0)
  • Tous les types (0)
AFFINER LA RECHERCHE

DETAIL DE LA NOTICE

2016 - Quantifier et chiffrer économiquement les externalités de l’agriculture biologique ?

http://agriculture.gouv.fr/telecharger/82645?token=7c6828b3e87b7015ef281e79ee183dbd

Rapports/études/travaux (documents)

langue Francaise
Structure Inra
Structure Sae2

Le présent document constitue le rapport de l’étude sollicitée par le Ministère de l'Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt (MAAF) inscrite dans le cadre de l’Action d’Accompagnement « Quantification et chiffrage économique des externalités de l’AB » au programme de développement agricole et rural pour l’année 2016, confiée à l’ITAB, avec l’appui d’experts de l’INRA.
Les bénéfices de l’AB les plus incontestables sont ceux liés notamment aux moindres externalités négatives d'une agriculture qui n’utilise ni pesticides chimiques de synthèse ni engrais azotés minéraux. Ceci conduit à de moindres externalités négatives ou émissions de pollutions.
Parmi les dommages liés à ces pollutions, les moins difficiles à évaluer sont ceux liés à la pollution de l’eau (ces dommages pouvant être évalués via des coûts d’évitement et/ou de restauration) et aux intoxications aigües par les pesticides (ces dommages pouvant être évalués via les dépenses médicales associées).
Les externalités négatives liées à l’utilisation des pesticides chimiques les plus difficiles à mesurer sont, pour les milieux, les impacts sur la biodiversité (chiffrage des pertes de faune et de flore), et pour la santé, celles liées aux effets des expositions chroniques.
Au-delà des bénéfices liés à la non-utilisation de pesticides chimiques et d’engrais azotés de synthèse, et à une moindre utilisation d’antibiotiques et d’additifs, de nombreuses études ont montré que l’AB produit plus de services éco-systémiques que l’AC qui sont autant de production d’externalités positives.
L’AB peut aussi contribuer à améliorer la diversité des paysages, notamment du fait de la diversification des productions en lien avec le souci de favoriser les régulations biologiques.
Cet effet sur les paysages peut être favorable à des activités économiques telles que le tourisme ; c’est une externalité positive, mais la diversité des goûts pour les paysages implique une subjectivité dans l’évaluation.
Sautereau N., Benoit M., 2016. Quantification et chiffrage des externalités de l’agriculture biologique, Rapport d'étude ITAB, 136 p.

Voir la synthèse du rapport

28 novembre 2016

J.Schleich

Retour vers la page précédente