Centre INRA de Montpellier
























Responsable de la Publication
Jean-Benoit Peltier
Marc Tauzin

Webmaster
Marc Tauzin

Conception
Olivier Pourvellarie
Marc Tauzin

Mise à jour 19/05/2008

Photo © M. Tauzin


Rhynchophorus ferrugineus, Lutte biologique : pièges classiques.





Le piège classique est semi-enterré à la hauteur des ouvertures latérales. Le diffuseur de phéromone et de kairomone et les fruits fermentés sont accrochés au couvercle.
Photo © J.B. Peltier
Le piège classique est semi-enterré à la hauteur des ouvertures latérales. Le diffuseur de phéromone et de kairomone et les fruits fermentés sont accrochés au couvercle.

      Les pièges sont généralement des seaux percés d’ouvertures latérales et apicales larges (voir photo).

      Certaines versions contiennent un enveloppage de jute pour faciliter la montée des charançons.

      Les phéromones/kairomones pendent au couvercle et le fond est généralement rempli d’eau + insecticide ou détergent avec potentiellement une pierre émergeante.

      Cette pierre supporte une écuelle contenant les fruits fermentés ou débris de palmiers/canne à sucre.

      Alternativement, le sachet de fruits fermentés peut être fixé au couvercle avec les diffuseurs.

      Des entonnoirs ont parfois été placés au niveau des trous du couvercle afin de faciliter la chute du charançon.

      L’eau au fond du piège assure l’humidification et le maintien du matériel végétal introduit.

      Le piège est semi-enterré permettant sa stabilité et rendant les ouvertures latérales à la hauteur du sol, facilitant ainsi l’accès du piège au charançon.
  © inra. Tous droits réservés. - Copyright © | Mentions légales | plan du site
Conception : O.Pourvellarie M.Tauzin