Laccave

20-21 mars 2014
Montpellier, FRANCE

calleja@supagro.inra.fr

Préinscription et inscription

Laccave (métaprogramme ACCAF-INRA)

07 Dec 2016 - 19:13 - Montpellier - FRANCE

Laccave (métaprogramme ACCAF-INRA)

20-21 mars 2014, Montpellier, FRANCE


Télécharger le programme



Voir le plan d'accès au campus

Le projet Laccave organise à Montpellier son séminaire à mi-parcours, avec une première matinée ouverte à tous les acteurs du secteur de la vigne et du vin, co-organisée avec l'Institut des Hautes Etudes de la Vigne et du Vin (IHEV) de Montpellier SupAgro.

Contexte

Avancée des dates de vendanges, stress hydriques plus marqués certaines années pour la vigne, vins plus alcoolisés, moins acides, avec de nouveaux profils aromatiques… Le changement climatique marque déjà la viticulture et les vins français. Ses effets vont s'amplifier, avec des conséquences positives ou négatives, variables selon les vignobles. Comment les viticulteurs peuvent-ils s'adapter ? Quels scénarios pour les régions viticoles françaises en 2050 ?

Le projet Laccave

Ces questions sont à l'origine du projet LACCAVE (2012-2015) qui fait partie du nouveau programme de l'INRA sur l'adaptation de l'agriculture au changement climatique (ACCAF). Animé par Nathalie Ollat (Inra Bordeaux) et Jean-Marc Touzard (Inra Montpellier), ce projet rassemble vingt-trois laboratoires de recherche, répartis dans toute la France, pour évaluer les effets du changement climatique sur la vigne et le vin, explorer les stratégies d'adaptation et proposer des scénarios pour les régions viticoles françaises. L'approche est pluridisciplinaire en mobilisant des travaux de climatologie, génétique, écophysiologie, agronomie, œnologie, économie, sociologie... De multiples solutions sont étudiées, en raisonnant la localisation des vignes en fonction des innovations possibles, depuis le choix du cépage jusqu'aux techniques œnologiques, mais en s'intéressant aussi à l'évolution des préférences des consommateurs et aux transformations de la législation vitivinicole. Les analyses s'effectuent à plusieurs échelles (plante, parcelle, exploitation, vignoble régional et secteur) avec une attention particulière aux niveaux régionaux où se différencient les impacts climatiques et peuvent se coordonner les stratégies d'adaptation.

Séminaire

Ce sera l'occasion de faire le point sur l'évolution des recherches récentes et d'échanger sur les nombreuses expériences en cours dans les différentes régions. Seront présentés les résultats de travaux sur la construction de scénarios climatiques à l'échelle des terroirs, les effets du changement climatique sur la qualité des vins, les perceptions de ces changements par les viticulteurs, les innovations agronomiques possibles au sein des exploitations, ou encore les stratégies économiques qui pourraient être mises en œuvre. L'une des hypothèses du projet Laccave est que l'adaptation des vignobles se joue aussi dans la capacité de leurs acteurs à établir des relations pertinentes avec les techniciens et chercheurs. Par les liens qu'elle peut renforcer ou créer, la matinée du 20 mars participe donc déjà à l'adaptation du secteur de la vigne et du vin au changement climatique.

Unités Inra impliquées

EGFV, SAVE, GAIA, UE Œnologie, UE Viticulture (Bordeaux), Innovation, LEPSE, SPO, LISAH, AGAP, Système, IATE, Mistea (Montpellier), UE Pech Rouge (Gruissan), UE Vassal (Sète), SVQV (Colmar), UVV (Angers), Sadapt et Aliss (Paris), Agroclim (Avignon)

Partenaires scientifiques et techniques

Costel-CNRS (Rennes), Geolab (Limoge), URC U Bourgogne (Dijon), IFV, INAO, FranceAgrimer, ISVV, IHEV-Supagro

Groupes de travail

Le projet s'organise en 7 groupes de travail (GT), avec des objectifs et méthodes complémentaires :

  • Le GT1 fait le bilan des connaissances sur l'évolution du climat à l'échelle des vignobles et ses effets sur la vigne et le vin. Sont pris en compte des données climatiques et agronomiques, mais aussi les perceptions des viticulteurs à partir d'enquêtes dans plusieurs régions ;
  • Le GT2 étudie les bases physiologiques et génétiques des réponses de la vigne aux paramètres du changement climatique (température, eau). Il s'appuie sur un réseau d'installations expérimentales (phénotypage) et une confrontation des modélisations permettant de simuler ces réponses ;
  • Le GT3 expérimente les innovations techniques qui peuvent contribuer à l'adaptation : valorisation de la diversité génétique existante, choix de densité de plantation et de systèmes de conduite, irrigation, pratiques œnologiques ;
  • Le GT4 évalue à l'échelle locale les effets de stratégies d'adaptation, combinant adoption d'innovations et choix de localisation des vignes. Des simulations (Systèmes Multi-Agents) et méthodes multicritères évaluent les effets sur le raisin, les vins ou le paysage. Les résultats sont discutés avec des viticulteurs ;
  • Le GT5 étudie les stratégies économiques. Les coûts de l'adaptation sont évalués pour les producteurs. Un travail d'économie expérimentale analyse les consentements à payer des consommateurs pour des vins préfigurant les effets du changement climatique ;
  • Le GT6 met en place un système d'information qui tient compte des spécificités des différents domaines scientifiques concernés ;
  • Le GT7 conduit un exercice de prospective. Des scénarios d'adaptation sont construits dans différentes régions viticoles françaises. La prospective est complétée par une évaluation de l'évolution possible des AOP et des relations entre la recherche et les viticulteurs.
© 2016 Inra | Contacts | Mentions légales
Directeur de publication : Jean-Marc Touzard
Webmaster : Sébastien Lamy