LANDSCAPE DYNAMICS AND PEST MANAGEMENT : SESAME


MODELES BIOLOGIQUES

La processionnaire du pin
La processionnaire du pin (PP) (Thaumetopoea pityocampa Den. & Schiff., Lepidoptera, Notodontidae) est un insecte ravageur des conifères communs en Europe du sud et dans le pourtour du bassin méditerranéen où elle constitue le principal défoliateur des pins. La distribution géographique de cette espèce est en grande partie contrôlée par les températures minimales hivernales (Battisti et al., 2005; Huchon et Démolin, 1970). Une étude récente a montré que l’aire de distribution de la PP est en expansion vers le nord de la France et en altitude sous l’effet du changement climatique (Battisti et al., 2005; Robinet et al., 2007 ; Robinet et al., 2010). La PP colonise les milieux urbains à partir du compartiment forestier et soulève des problèmes phytosanitaires et de santé publique car les larves de ce papillon sont urticantes. Les chenilles consomment les aiguilles de pins (Pinus spp.), de cèdres (Cedrus spp.), voire de douglas (Pseudotsuga menziesii) et notamment d’espèces largement répandues telles que Pinus nigra, utilisées comme essence forestière ou comme arbre ornemental en milieu urbain et rural.
L’émergence des adultes se fait généralement durant l’été mais peut varier suivant les conditions climatiques locales. Peu après l’émergence et l’accouplement les femelles déposent leur ponte sur les aiguilles d’un arbre hôte. L’éclosion a lieu approximativement dans le mois qui suit, à savoir entre août et septembre en ce qui concerne la zone d’étude. Les larves sont grégaires, se nourrissent des aiguilles de l’arbre hôte et construisent un nid de soie (Démolin, 1969; Geri et al., 1985). Les deux premiers stades larvaires tissent des pré-nids discrets qu’ils abandonnent régulièrement. A partir du 3ème stade larvaire, qui doit être atteint avant l’arrivée des premiers gels, les chenilles vont commencer à entretenir un nid dans lequel elles se développeront tout le reste de l’automne et de l’hiver. Ce nid est bien exposé au soleil et la soie nouvellement tissée à sa surface lui confère un caractère brillant par temps ensoleillé. La procession de nymphose se déroule entre la fin de l’hiver et le début du printemps suivant les conditions climatiques et météorologiques et les larves migrent dans le sol où elles achèvent leur développement. Les nids abandonnés passent d’une couleur blanche à du marron beige et deviennent rapidement moins perceptibles. Ils restent néanmoins observables jusqu’à la pousse du nouveau feuillage. La plupart des nids sont totalement dégradés avant la formation des nouveaux nids l’année suivante.


Illustration de différents stades du cycle de vie de la chenille processionnaire du pin (Thaumetopoea pityocampa) (Samalens et Rossi, 2011). A. et B. Chenilles et nid d'hiver. C. Chenilles sur pin maritime. D. et E. Processions de nymphose: les larves quittent l'arbre hôte, forment un procession et partent à la recherche d'un site favorable où elles achèvent leur développement dans le sol. F. Femelle déposant ses oeufs sur une aiguille de pin maritime. Photos A, B, D et E : H. Santos (Universidade Tecnica de Lisboa, Portugal), photo C : I. Pivotto (INRA, Bordeaux, France) et photo F : C. Burban (INRA, Bordeaux, France).

Références:
Battisti A., Stastny M., Netherer S., Robinet C., Schopf A., Roques A., Larsson S., 2005 - Expansion of geographic range in the pine processionary moth caused by increased winter temperatures. Ecol. Appl. 15, 2084-2096.
Démolin G., 1969 - Comportement des adultes de Thaumetopoea pityocampaSchiff.: Dispersion spatiale, importance écologique. Ann. Sci. Forest. 26, 81-102.
Geri C., Millier C., Xeuxet D., 1985 - Mesure des populations de processionnaire du pin (Thaumetopoea pityocampa Schiff - LépidoptèreThaumetopoeidae) au Mont-Ventoux. Ann. Sci. Forest. 42, 143-184.
Huchon H., Démolin G., 1970 - La bioécologie de la processionnaire du pin: Dispersion potentielle-dispersion actuelle. Rev. Forest. Fr. 22, 220-233.
Robinet C., Baier P., Pennerstorfer J., Schopf A., Roques A., 2007 - Modelling the effects of climate change on the potential feeding activity of Thaumetopoea pityocampa (Den. &Schiff.) (Lep., Notodontidae) in France. Global Ecol. Biogeogr. 16, 460-471.
Robinet C., Rousselet J., Imbert C.-E., Sauvard D., Garcia J., Goussard F., Roques A., 2010 - Le réchauffement climatique et le transport accidentel par l’homme responsables de l’expansion de la chenille processionnaire du pin. Forêt Wallonne 108, 19-27.
Samalens J.C., Rossi J.-P., 2011 - Does landscape composition alter the spatiotemporal distribution of the pine processionary moth in a pine plantation forest? Popul. Ecol. 53, 287-296.