NDIAYE Awa

Sujet: 

Génotypage de plusieurs écotypes de la région Ouest-africaine de la bruche de l’arachide Caryedon serratus

Qualification: 
Doctorante
Responsable(s): 
GAUTHIER Philippe
Chercheurs et Thésards en accueil
Date de début: 
16 août 2010 - 14 novembre 2010

 

L’objectif de son stage est d’effectuer le génotypage de plusieurs écotypes de la région Ouest-africaine de le bruche de l’arachide Caryedon serratus.La désorganisation des communautés biologiques pose plusieurs problèmes aux populations et peut fortement affecter la productivité et la rentabilité des agrosystèmes ainsi que la conservation des denrées stockées par l’apparition d’espèces ou de biotypes originaires d’autres régions ou zones agroécologiques mais surtout par l’augmentation des populations d’espèces locales favorisées par le changement global.De nos jours, la production de l’arachide et du niébé est assurée pour plus de 85% par de petites exploitations en Afrique et en Asie. Les ravageurs majeurs de ces légumineuses en conditions de stockage sont des Coléoptères Bruchidae, Caryedon serratus sur l’arachide et Callosobruchus maculatus sur le niébé, des insectes dont les larves peuvent générer jusqu’à 80% de pertes sur les récoltes stockées. Ces bruches étant polyvoltines, le stockage dans les greniers favorise des réinfestations sucessives tout au long de l’année.Dans le cadre de ce projet, la Jeune Equipe Associée « JEAI BRAS » a pour objectif de caractériser précisément d’un côté la structure des populations associées à l’arachide et au niébé, de la sous-région Ouest Africaine, au moyen de marqueurs génétiques (séquençage) et méthodes plus informatives (données microsatellites associées à des approches Bayésiennes de type Appoximated Bayesian Computation) et de l’autre, leur statut de la résistance aux insecticides. Les attendus de ce projet sont les suivants : (1) mieux comprendre la structuration génétique des différents biotypes géographiques de C. serratus et de Callosobruchus maculatus (2) comprendre pourquoi C. serratus n’infeste pas l’arachide dans certaines zones de la sous-région alors qu’elle y est présente (3) avoir une estimation des flux géniques et de migrants des deux bruches d’un pays à un autre (4) aider à la définition de stratégies de lutte contre ces ravageurs en identifiant clairement les populations susceptibles d’attaquer les stocks et en intégrant les tendances évolutives de ces espèces séminivores et leur niveau de résistance aux insecticides.Awa Ndiaye aura la charge de génotyper tous les écotypes de la bruche C. serratu,s mais fera aussi des études bio-écologiques au Sénégal afin de mieux comprendre « la palabre des allèles ».