ANR COW project

(nov. 2012 / nov. 2015)

Animal companions: theorizing animals relationship to work

panneau-inra-anr

 

 

Members

Université de Strasbourg

Etudiante en Master 2 « Vie et Santé, spécialité écophysiologie et éthologie » à l’Université de Strasbourg, Justine Vallée a souhaité étudier les modes de communication entre le berger et son chien pendant la garde du troupeau, à Saint Gêniez, un petit village à 1100 m d’altitude, près de Sisteron (Alpes de Haute Provence).

Justin V image1

A partir de l’hypothèse centrale du programme COW selon laquelle les animaux ne sont pas seulement des objets du travail mais qu’ils sont aussi des sujets sociaux du travail, elle s’est penchée sur la relation qui existe entre le berger et son chien lors d’une situation particulière : la garde. Il s’agissait notamment de poser la question suivante : « que veut dire travailler pour le chien de berger lors de la garde ? », en posant 4 hypothèses : 1°) les règles de travail prescrites par le berger doivent être respectées par le chien ; 2°) une bonne communication est essentielle pour le déroulement de la garde ; 3°) une relation de confiance est nécessaire entre le berger et le chien ; 4°) le chien montre une motivation pour aller garder avec le berger.

Justine V image 2

Ainsi, elle a réalisé un suivi de huit semaines sur trois bergers avec leur chien pendant la garde de leur troupeau. Les interventions du chien sur le troupeau ont été filmées et analysées avec le logiciel « The Observer ». Les représentations que le berger a de lui-même, de son chien et de son troupeau ont été étudiées grâce à des entretiens sociologiques. Les résultats de l’analyse des séquences vidéo et des entretiens montrent que le chien s’adapte aux règles de travail et à la communication qui s’établit entre les deux partenaires. Cependant l’adaptation est mutuelle car le berger prend en compte les compétences de son chien dans l’observation des règles du travail et dans la communication. Le chien s’investit subjectivement lors de la garde par sa motivation, sa compréhension du contexte et quand cela est permis, par la prise d’initiative. L’investissement subjectif du chien est fortement lié à la confiance que le berger lui accorde. Cette étude montre que la relation entre le berger et le chien n’est pas un simple rapport de hiérarchie mais une relation de travail qui participe du « vivre ensemble ».

logo-inra logo-supagro logo-innovation TS Logo Cavalgador Logo logo-uds-couleur-800x433

ins base Evreux lightLogo HandiChiensPAL LOGO INSTITUTIONNEL PPTX PNGlogo ECGA

© INRA 2016