background image
46
Contexte
Controver
ses
-
Charte
am
énagem
ent
et gestion
d
ur
ab
l
e
d
es
t
e
rr
i
t
o
ir
e
s
r
u
ra
u
x
-
Règlem
ent
de la z
one
agricole
-
P
a
r
c
o
u
r
s

à

l
a

c
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

e
n

z
o
n
e
a
gr
ic
o
le
-
Ham
eau
agricole +
Etude juridiqu
e
L
o
i
SRU
Con
struc
tib
il
ité

e
n
z
o
n
e

a
g
r
icole
3

c
ollè
ges

f
ondateurs
E
ta
t
:
D
D
A
F,
D
D
E
P
r
o
f
.
a
g
r

:
C
A
,
FD
S
E
A
,
C
D
JA
C
o
ll
e
ct
iv
ité
s
:
C
G
3
4
,
A
M
3
4
Inf
orm
atio
ns
sur dyn
am
i
qu
e
s
l
oca
l
es
d'
am
én
ag
em
en
t
terri
toria
l

ou

de

pro
tect
i
on

/
val
ori
satio
n
des
esp
ace
s
ag
ri
col
es
Group
es
travai
l

/
él
ab
ora
tio
n
d'
ou
til
s
d'
ai
de

à la
déci
si
on

à di
rectio
n
de
s

él
us,
servi
ces
i
nstructeu
rs
et
ag
ri
cul
teu
rs
Ex
per
t
s

inv
ités

Acti
ons
Sco
t
Mon
tp
e
ll
ier
Mutua
l
i
sa
tion
d'
i
nform
atio
n
s
ur
évo
l
utio
ns
rég
l
em
en
taire
s
A
F
D
R
Colloque

/ plaqu
ette «

a
gr
i
cu
l
tu
r
e

et
planif
ication
territoriale

»
M
o
d
if
ic
a
tio
n

in
te
r
v
e
n
tio
n

D
D
A
F
d
a
n
s
in
st
r
u
ct
io
n

d
e
s
P
C


P
A
E
N
ZAP
Scot

Ba
ssi
n
de

T
ha
u
Visite

Ham
e
a
u

Ag
r
icole

St

Ge
n
iès
d
e
s
Mou
r
g
u
e
s
Sco
t
Pa
y
s
d
e

l'
Or
Réf
o
r
m
e
d
r
o
it
d
u

so
l
Au
gme
nt
a
t
ion
géné
ra
le

de
la

par
t
ic
ipa
t
ion
e
t
pa
rtic
uliè
re
me
nt

de
c
e
ll
e

de
la

prof
e
s
s
ion
a
gric
ole
CCI,
CDT, etc.
DGE
AF

P
l
a
q
u
e
t
t
e


«

Com
m
unes
rurales
et pro
jets
t
o
u
r
i
s
t
i
q
u
e
s

»
Sco
t
Ba
ssin
d
e

T
h
a
u
C
A
U
E
Visite

ce
n
trale
p
h
o
t
o
v
o
l
t
a
ï
q
u
e
O
u
v
e
r
t
u
r
e

à

d
e
nouveaux
invités
É
lections
CA
Réf
orm
e
droit du sol
Con
struc
tib
il
ité

e
n

z
o
n
e
s
ino
n
d
a
b
le

e
t
li
tt
o
r
a
le
Scot
Pic St Loup
A
n
n
o
n
c
e

d
'
u
n

g
r
o
u
p
e

d
e
t
r
a
v
a
i
l

s
u
r

p
h
o
t
o
v
o
l
t
a
ï
q
u
e
puis
abandon
Alt
e
rc
a
t
ion
FDSE
A
/DDE
s
ur
c
onstruction
e
n
zone
inondable
PNR
Haut Langu
edoc
A
n
n
o
n
c
e

d
'
u
n

g
r
o
u
p
e

d
e
travail
sur constructions en
z
one inond
able et littorale
:
sans
suite
G
r
e
n
e
l
l
e

d
e

l
'
e
n
v
i
r
o
n
n
e
m
e
n
t

:

e
x
p
l
o
i
t
a
t
i
o
n

H
Q
E

e
t

P
V
Circulaire
Barnier
Com
p
o
sition
GT
UA
Con
d
ition
s
d
e

d
é
v
e
lop
p
e
me
n
t
d
e

l
'
é
n
e
r
g
i
e

p
h
o
t
o
v
o
l
t
a
ï
q
u
e
Etude
DRAF
p
ot
e
nt
ie
l
agronom
ique
des
sols
Journée
APU :
visite
Aubagne
T
r
a
m
e
s
v
e
r
t
e
s

Scot
Biterrois
R
éf
orm
e
Gén
érale
de
s
Po
li
tiq
ue
s
Pu
bliq
ue
s
et

de

l'
ad
m
inis
tration

te
r
r
itori
ale
ri
ode
3

:
2
0
0
9




Tensions
internes
Difficultés

à construi
re des
c
om
pr
o
mi
s
P
é
r
i
o
d
e

1

:

2
0
0
0

à

2
0
0
7

Groupe
restreint
R
e
l
a
t
i
o
n

d
e

c
o
n
f
i
a
n
c
e
P
é
r
i
o
d
e

2

:

2
0
0
8

Ouverture
du groupe
Développe
ment
de sa
notoriété
ri
ode
4

:
2
0
1
0
-
2
0
1
1

Interrogations
sur le devenir du
groupe
S
T
A
P
-
DRAC
Groupe restreint con
fi
a
nc
e
Nouveaux

acteurs
a
gr
i
co
le
s
Quelle
articulation ent
re
GTUA
et CDCEA?
P
r
é
s
e
n
t
a
t
i
o
n
DDTM
Volet
urbanism
e
LMA
/ CDCEA
Charte
pay
sagère
Costières
de Nîm
es
Pôle
d'excellence rurale
Intervention
dir. CA et DDTM

: rappel
statut
non décisionnel du GTUA «

et
non
un lieu de pouvoir

»
OCAGER S
a
l
a
g
o
u
P
ô
l
e
o
en
o
to
ur
i
st
iq
u
e
L
un
e
l
LMA
et
DGEAF
Etude
potentiel
agronom
ique
sols
L
M
A

2
0
1
0
Un exemple de chronique : analyse du GTUA (cf. partie 3, chap. 4)
L'ANALYSE DES RESEAUX SOCIAUX :
UNE APPROCHE QUI PRIVILEGIE L'ETUDE DES DYNAMIQUES SOCIALES
PAR L'ANALYSE DES INTERACTIONS ENTRE ACTEURS
La notion de « réseaux sociaux » est aujourd'hui reprise dans la vie courante, notamment
pour désigner des applications internet qui permettent aux individus d'échanger
librement des informations, mais la notion scientifique est tout autre. L'analyse des
réseaux sociaux constitue pour les sociologues une manière d'appréhender la société
et les phénomènes sociaux, non pas de manière classique à travers des catégorisations
a priori du monde social (classes sociales, genre, groupe ethnique, etc.), mais par
une observation empirique des interactions sociales entre les unités sociales
(qui
peuvent être des individus, des groupes d'individus, des organisations, etc.) qui
participent à ces phénomènes. L'élément structurant des dynamiques sociales (et
l'unité d'observation choisie) n'est donc plus l'unité sociale mais l'interaction, c'est
pourquoi on qualifie cette approche « d'interactionnisme structural ». « L'analyse de
réseau n'est pas une fin en soi mais le moyen d'une analyse structurale dont le but est
de montrer en quoi la forme du réseau a une incidence sur le phénomène analysé, tout
en étant le résultat des interactions qui y ont cours » (Degenne et Forsé, 2004). On
prête à la sociologie américaine des années 1970, et plus particulièrement à Harrison
White, la paternité de ce courant de la sociologie. Mais ces travaux se sont fondés
sur des apports théoriques successifs de la psychosociologie (Jacob Moréno, 1934)
et de l'anthropologie sociale anglaise (John Barnes, 1954). Aujourd'hui, l'analyse des
réseaux se développe progressivement dans de nombreuses disciplines. Parmi les
approches développées pour analyser les relations sociales, l'analyse des réseaux
sociaux est la plus courante. La méthode des chaînes relationnelles propose une
approche dynamique des réseaux illustrée par des travaux célèbres tels l'expérience
du « petit monde » (Milgram. 1967) ou l'accès à l'emploi de Mark Granovetter (1974),
moins utilisée.
Qu'est-ce qu'un réseau social ? : C'est un ensemble de relations entre des unités sociales
qui peuvent être des individus, des groupes, des organisations. Mais la pluralité des
relations liées à des réalités sociales aussi diverses que la parenté, la sociabilité, le
marché, etc., révèle la difficulté à repérer et circonscrire des réseaux. Deux approches
principales permettent d'identifier deux types de réseaux sociaux :
L'analyse de réseaux « complets »
·
. Elle cherche à reconstituer de manière
exhaustive l'ensemble des relations au sein d'un ensemble qui constitue le réseau
complet. Celui-ci est délimité de trois manières : soit on définit au préalable un
ensemble d'unité sociales à observer (un groupe d'individus, une organisation,
une ensemble d'organisations...), soit on cerne le réseau en en définissant un
seuil de participation qui conduit à opérer une sélection des unités sociales et dont
de délimiter le réseau, soit on cherche à trouver « les limites naturelles » du réseau
par la méthode d'enquête de proche en proche. Une fois l'ensemble des relations
obtenu, on s'attache à mettre en évidence les caractéristiques structurales du
réseau qui interagissent avec le fonctionnement de l'ensemble étudié.
L'analyse de réseaux « personnels »
·
. On s'intéresse ici, non plus aux relations d'un
ensemble d'unités sociales mais à celles d'une unité sociale spécifique, en général
l'individu, raison pour laquelle on parle de « réseaux personnels ». On identifie le
réseau en déterminant un type de relation sociale à étudier (relation d'amitiés,
...