Climbiorisk

Responsable

Olivier BONATO

Contact

bonato@supagro.inra.fr

Adresse du site

www1.montpellier.inra.fr/CBGP/ClimBioRisk

Plaquette

Télécharger au format PDF

Prévision des bioinvasions et gestion des crises phytosanitaires liées au changement climatique : cas emblématique du risque Bemisia-virus

Actualité

Deux produits... pour une vision synthétique des résultats du projet !

La vidéo CLIMBIORISK


4 pages CLIMBIORISK

Le "4 pages" PSDR CLIMBIORISK


Résumés annuels d'activité

Résumé annuel d’activité 2010

La campagne 2009/10 a été marquée par la présence de Bemisia notamment dans les serres en plantation d’août et non équipées de filets insects proof. On peut noter l’importance de la détection précoce et de l’arrachage systématique des plants porteurs de symptômes. Sur 3 serres infestées à l’automne 2009, le seul producteur fortement touché est celui qui n’a pas respecté les consignes de prophylaxie. Comme le type de plantation (été ou automne), la localisation géographique de la serre a une grande importance dans la gestion du risque Bemisia.

Concernant les autres virus de la tomate, on a pu mettre en évidence la persistance du Tomato torrado virus (ToTV) dans le sud-ouest de la France, et confirmer la transmission du ToTV par les aleurodes Bemisia tabaci et Trialeurodes vaporariorum.

Résumé annuel d’activité 2009

Les espèces invasives constituent un danger pour les cultures. Qu'elles soient accidentelles ou malveillantes, leurs introductions obligent à repenser les phénomènes d'émergence et à concevoir des dispositifs de prévention qui mobilisent de nombreuses compétences. Reste à assurer la coopération harmonieuse des différents acteurs, notamment le monde de la recherche et celui de l'action publique.

Les prospections conduites au printemps 2009 à l’extérieur des serres en zones de production ont permis de d’identifier 6 espèces de plantes sauvages permettant au virus de persister aux abords des serres pendant la mauvaise saison en Roussillon (Plantes relais). La présence du virus TYLC-Is et de son vecteur (Bemisia) a également été mise en évidence dans des pépinières de plantes ornementales en Midi Pyrénées


> Présentation des premiers résultats à l'Ecole chercheurs PSDR, mai 2010

Poster Climbiorisk

Produits

Outils développés et principaux résultats associés

> Dynamique des populations : élaboration de modèles éco-épidémiologiques

Elaboration de modèles éco-épidémiologiques pour simuler la distribution spatio-temporelle des populations de Bemisia à partir d'unfoyer d'infestation. Les adultes de première génération se dispersent peu (la plupart reste sur le plant dont ils sont issus ou sur les deux plants immédiatement adjacents. La véritable dispersion commence avec les adultes de deuxième génération qui se dispersent sur l’ensemble des plants de la zone considérée (30 plants). Cette dispersion est dépendante de la distance par rapport au foyer d’infestation puisque plus on s’éloigne plus le nombre d’adultes est faible.

> Développement d'outils moléculaires de diagnostics et mise en place de stations d’épidémio-surveillance

Le développement d’outils moléculaires de diagnostics performants (une triple purification de l’ADN) a permis d’augmenter la sensibilité des diagnostics par PCR Multiplex.

Des stations d’épidémio-surveillance ont été mises en place dans les bassins de référence en Roussillon. Les résultats obtenus montrent que des plantes sauvages présentes aux abords des grands sites de productions sont des réservoirs potentiels de virus. La mise en évidence de premières contaminations par le TYLCV sur certaines de ces plantes spontanées confirment leur implication dans la persistance du virus durant la période hivernale. Le développement des foyers primaires dans les serres a été caractérisé. L’analyse des foyers primaires (1ère plante avec symptômes) basée sur les observations (symptomatologie) sous estime largement le taux réel d’infestation. Néanmoins, la présence avérée du virus ne présume pas de l’intensité du développement futur de l’épidémie.


> Expérimentations, station expérimentale d'Alenya

Le transfert inter-cultural de Macrolophus caliginosus : une réelle protection à faible coût.

Comment améliorer l’efficacité de la protection biologique contre les ravageurs de la tomate dans un contexte d’augmentation des contraintes sans en augmenter les coûts ?Tel est l’objectif principal recherché depuis 2008 à la station INRA d’Alénya.

Résumé de compte-rendu d'expérimentation

Etude de trois systèmes de protection biologique et intégrée de la tomate de serre basés sur l’utilisation de Macrolophus caliginosus

Le principal objectif de cette expérimentation résidait dans l’étude comparative de trois systèmes de protection biologique et intégrée de la tomate de serre basés sur l’utilisation plus ou moins précoce de Macrolophus caliginosus.

Résumé de compte-rendu d'expérimentation


Diaporama


Rapport d'études Climbiorisk

2010

  • Camille Laisne, Stage L1 (encadrement O. Bonato), Influence de la température sur la réponse fonctionnelle de Macrolophus pygmaeus 27pp.

  • Cyril Haberschill (encadrement O. Bonato) stage 4ème année INH Angers, Caractérisation du comportement cannibale du prédateur polyphage Macrolophus caliginosus, 11pp.

2008

  • Tournan C., 2008. Etude de l'impact des températures hivernales sur Bemisia tabaci dans la région du Languedoc-Roussillon. Mémoire de Licence Pro. Université Paul Valéry-Montpellier III.

  • Hamdi, F., 2008. L'influence des contraintes thermiques sur la co-infection de Bemisia tabaci par deux isolats de Paecilomyces fumosoroseus. Mémoire de Master II. Université Montpellier II.

  • Saleh D., 2008. Structuration génétique des populations de l'aleurode Bemisia tabaci : importance du biotype, de l'origine géographique et de la plante hôte chez un complexe d'espèces phytophages. Mémoire de Master II. Université Montpellier II.


Autour de Climbiorisk : produits connexes

Produit élaboré dans le cadre du projet ANR Bemisiarisk : un questionnaire sur la vulnérabilité, élaboré par l'Ecole des Mines

Questionnaire_Vulnérabilité_en ligne

Ce questionnaire est destiné à tester la vulnérabilité d’un producteur face à l’arrivée d’un nouveau pathogène : il permet une caratérisation de ses forces et de ses faiblesses. L'élaboration de ce questionnaire repose sur l’analyse du retour d’expérience de producteurs, techniciens d’OP et de conseillers agricoles du Roussillon qui ont fait face au problème Bemisia-TYLC dans des productions de tomates sous abris.

PSDR LR - © Inra
Contact : psdr-lr@supagro.inra.fr
Webmaster : Sébastien Lamy
Directrice de publication : Marie Ollagnon