LE PROJET ACAROSOL

Projet financé dans le cadre de l'appel d'offre " Pour et Sur le Plan Ecophyto " PSPE 2 - Edition 2014 : Contribuer à l'essor du biocontrôle

Responsable du projet: Marie-Stéphane Tixier, Montpellier SupAgro, UMR CBGP (marie-stephane.tixier@supagro.fr)



Enjeux et contexte

Les agrosystèmes étudiés sont les cultures de tomates. En France, ces plantes sont attaquées par plusieurs espèces d’acariens ravageurs (famille des Tetranychidae et Eriophyidae). Même si la lutte biologique contre ces ravageurs en cultures maraîchères est bien développée, sur tomate le problème des acariens est non résolu et des acaricides doivent être utilisés. Les acariens prédateurs Phytoseiidae utilisés pour contrôler les acariens phytophages dans diverses cultures sont en effet peu ou pas efficaces pour contrôler ces acariens sur tomates. Cette absence d'efficacité est due à (i) la présence de trichomes glandulaires sur les feuilles de tomates qui empêchent le développement et l’action des prédateurs en exsudant des substances toxiques, collantes ou répulsives et/ou (ii) la sécrétion de substances anti-appétantes émises par les phytophages se nourrissant sur tomates.

Or, dans les milieux naturels, des espèces de Phytoseiidae ont été signalées sur tomates et autres Solanaceae, suggérant que certaines espèces / populations de prédateurs sont capables de se développer sur ces plantes. Cette diversité, mal connue, constitue donc une ressource potentielle pour le développement de la lutte biologique et répondre ainsi aux objectifs d'Ecophyto2018. Les acariens prédateurs Phytoseiidae sont dans leur grande majorité des prédateurs polyphages se développant quand ils s'alimentent de leurs proies préférentielles mais aussi de pollen ou d'autres proies comme des petits insectes (aleurodes et thrips). Leur pérennisation dans les parcelles à partir d'une alimentation alternative et/ou des introductions dans les serres pourrait donc être envisagee de par ces caractéristiques biologiques. L'idée serait de favoriser leur présence avant les attaques de ravageurs pour qu'ils puissent être actifs dès des faibles densités de proies (et éviter ainsi les pullulations de ravageurs difficilement contrôlables par des prédateurs même spécialisés qui ont du mal à se déplacer, chercher et manger les proies sur tomates).

C'est dans cette démarche que s'inscrit ce projet en intégrant plusieurs approches, plusieurs partenaires (et expertises) et plusieurs disciplines basées sur le modèle prédateur-proie : acariens prédateurs (Phytoseiidae) et acariens phytophages.



Les membres du consortium

1. UMR CBGP (Visiter le site)

Marie-Stéphane Tixier, Montpellier SupAgro

Serge Kreiter, Montpellier SupAgro

Maria Navajas, INRA

Philippe Auger, INRA

Alain Migeon, INRA


2. UNITE EXPERIMENTALE INRA - Alenya (Visiter le site)

Amélie Lefèvre


3. CTIFL Ballandran (Visiter le site)

Yannie Trottin-Caudal


4. SONITO (Visiter le site)

Robert Giovinazzo


5. KOPPERT (Visiter le site)

Markus Knapp

Yvonne Van Houten



Les objectifs du projet bénéficiant de l'aide

L'objectif du projet est de trouver des solutions de contrôle biologique sur tomate contre les acariens phytophages. Du fait de l'absence d'auxiliaires efficaces connus, la lutte contre ces ravageurs nécessite en effet l'usage de produits phytopharmaceutiques, remettant en question certains programmes de Protection Biologique Intégrée (i.e. la toxicité vis-à-vis des auxiliaires introduits). Pour aboutir à cet objectif finalisé et opérationnel par la profession, le projet est divisé en trois WP aux objectifs bien définis : (i) caractériser les prédateurs et leurs proies sur les Solanaceae, dont la tomate, dans le pourtour méditerranéen (prédateurs endémiques et adaptés aux conditions sèches et chaudes) et leurs caractéristiques biologiques et écologiques, (ii) caractériser l'efficacité en laboratoire des pr'dateurs collectés sur disques de feuilles et plantes entiàres (et possibilité d'élevages de masse), et (iii) caractériser l'efficacité des prédateurs sélectionnés au terme des deux premières phases en conditions expérimentales en serres et leur présence dans les environnements des parcelles de cultures de tomates plein champ.



Les publication des résultats du projet

Les résultats du projet bénéficiant de l'aide sont mis gratuitement à la disposition de toutes les entreprises qui exercent des activités dans le secteur ou le sous-secteur agricole et forestier particulier concerné.

Une première communication a été présentée lors du congrès de l'Association des Acarologues européens à Valencia en Espagne en juillet 2016.
Cette communication peut-être téléchargée ici : Résumé de la communication

Une conférence a été donnée par Marie-Stéphane Tixier dans le cadre de la Chaire AgroSYS de Montpellier Supagro et est visible ici :



Webmaster: Alain Migeon INRA. Photos : CC-BY Dwight Sipler/Flickr, Alain Migeon/INRA, Jinax/Flickr
© 2017 ACAROSOL (SupAgro Montpellier, INRA, CTIFL, SONITO, Koppert) All rights reserved.