Offres de stages

Post-doctorat  - Parasitisme, succès d’invasion et immunoécologie : approches comparatives expérimentales sur la souris invasive et les rongeurs natifs au Sénégal (Centre de Biologie pour la Gestion des Populations).

 

Financement : projet ANR (programme JCJC)

Durée: 18 mois

Date de début de contrat : Avril 2014 (au plus tard)

Localisation : Sénégal (Mbour, Dakar) / France (Montpellier)

 

Contexte et description du projet post-doctoral

Comprendre les mécanismes qui expliquent les invasions biologiques est un préalable indispensable à la définition de stratégies de contrôle et de prévention efficaces. Les facteurs qui favorisent l’arrivée de populations exotiques commencent à être bien connus, mais on explique encore mal l’expansion de certaines de ces populations dans leur aire d’introduction (Kolar & Lodge 2001). Parmi les mécanismes proposés, le parasitisme pourrait jouer un rôle clef (Colautti et al. 2004; Kelly et al. 2009). Les parasites (ou leur absence) sont ainsi au centre de trois hypothèses majeures visant à expliquer le succès des invasions, via des impacts directs ou indirects sur la valeur sélective des hôtes ou l’évolution du système immunitaire.

 

Ce projet de post-doctorat s’intègre dans le cadre de l’ANR « ENEMI » dont l’objectif est de comprendre le rôle du parasitisme et des modifications immunologiques associées dans le succès de deux invasions majeures actuellement en cours au Sénégal, celles du rat noir Rattus rattus et de la souris domestique Mus musculus domesticus.

Il s’agira de mettre en œuvre des approches expérimentales d’infestations et de challenges immunitaires sur la souris domestique et sur le rongeur natif avec lequel elle rentre en compétition, Mastomys erythroleucus, pour apporter des éléments de réponse à cette question.

  • Un premier objectif sera d’évaluer les effets de parasites sur la valeur sélective des souris, et éventuellement des rongeurs natifs, via des infestations expérimentales (cf. Graham et al.2011).

Le post-doctorant mesurera les effets directs des parasites sur la valeur sélective des rongeurs (estimée en terme de nombre et taille de portées, poids et survie des jeunes à la naissance et au sevrage) et les conséquences de ces infestations sur l’investissement dans différentes voies immunitaires (comparaison des cinétiques de production de cytokines indicatrices des voies Th1, Th2 et Th17, mesures par dosages Elisa ou immunoessai multiplexe). Des expérimentations complémentaires, combinant infestations et blocage de récepteurs cellulaires de ces cytokines (ex IL-10R), pourront être développées pour dissocier l’impact du parasitisme et des immunopathologies sur les baisses de valeur sélective observées (e.g. Long et al. 2008 ; Belloni et al. 2010).

Une étude préalable en populations naturelles a permis d’identifier des parasites pouvant jouer un rôle dans le succès d’invasion de la souris (patrons de distribution de ces parasites cohérents avec certains attendus des hypothèses reliant parasitisme et succès d’invasion). Il s’agit d’une espèce d’helminthes à cycle direct (Aspiculuris sp.) et éventuellement la malaria murine (Plasmodium sp.), tous les deux non pathogènes pour l’homme et manipulables en animalerie (ex : Gaherwal et al. 2012; Long et al. 2008).

 

  • Un second objectif est de comparer l’immunocompétence de la souris pour des populations situées en front d’invasion et dans des sites anciennement colonisés. L’hypothèse attendue est une diminution, sur le front d’invasion, des réponses inflammatoires au profit de réponses humorales (Lee & Klasing 2004). Une étude préliminaire en populations naturelles corrobore cet attendu.

Le post-doctorant vérifiera expérimentalement cette prédiction par des challenges immunitaires. Il mesurera i) la réponse inflammatoire induite en réponse à une injection de LPS (production de Serum Amyloid A, d’haptoglobine, d’IL-6, de TNR-a) et ii) la réponse humorale induite en réponse à une injection de KLH (production d’anticorps anti-KLH).

Environnement de recherche: Les expérimentations seront conduites dans le cadre de notre station expérimentale de Mbour (Sénégal), avec l’aide d’un ingénieur d’étude local, d’un technicien animalier et d’un étudiant. Les analyses d’immunologie fonctionnelle pourront être réalisées sur les plateformes techniques de nos collaborateurs à Dakar (tests ELISA), et ou à Montpellier (immunoessai multiplexe, collaboration CIRAD). Le travail sera supervisé à Montpellier par C. Brouat (infestations) et N. Charbonnel (immunoécologie), au CBGP (http://www1.montpellier.inra.fr/CBGP/).

 

 

Compétences requises

  • Doctorat en immunoécologie et expérience post-doctorale
  • Manipulation expérimentale sur rongeurs ; infestations expérimentales, si possible  avec helminthes ou Plasmodium
  • Aptitude à encadrer du personnel technique et des étudiants
  • Aptitude à travailler dans un pays du Sud
  • Autonomie, rigueur

Procédure de candidature

Les personnes intéressées devront envoyer CV, lettre de motivation et adresses email de deux personnes référentes par mail à Nathalie Charbonnel (nathalie.charbonnel@supagro.inra.fr) et Carine Brouat (carine.brouat@ird.fr).

 

Date de clôture des candidatures : 30 Janvier 2014

 

Bibliographie

Belloni V., Faivre B., Guerreiro R., Arnoux E., Bellenger J., Sorci G. 2010. Suppressing an Anti-Inflammatory Cytokine Reveals a Strong Age-Dependent Survival Cost in Mice. Plos One

Colautti R.I., Ricciardi A., Grigorovich I.A. and MacIsaac H.J. 2004. Is invasion success explained by the enemy release hypothesis? Ecology letters 7: 721-733.

Gaherwal S., Solanki S., Prakash M.M., Wast N. 2009. Aspicularis tetraptera induced hematological parameters in infected and vaccinated mice. Iranian Journal of Parasitology 7 : 61-66.

Graham AL, Shuker DM, Pollitt LC et al. (2011) Fitness consequences of immune responses: strengthening the empirical framework for ecoimmunology. Functional Ecology 25, 5-17.

Kelly D.W., Paterson R.A., Townsend C.R., Poulin R. and Tompkins D.M. 2009. Parasite spillback: a neglected concept in invasion ecology? Ecology 90: 2047-2056.

Kolar C.S. and Lodge D.M. 2001. Progress in invasion biology: predicting invaders. Trends in ecology and evolution 16: 199-204.

Lee K.A. and Klasing K.C. 2004. A role for immunology in invasion biology. Trends in ecology and evolution 19: 523-529.

Long G.H., Chan B.H.K., Allen J.E., Read A.F. ,Graham A.L. 2008. Blockade of TNF receptor 1 reduces disease severity but increases parasite transmission during Plasmodium chabaudi chabaudi infection. International Journal for Parasitology 38: 1073-1081.

 

Quelques publications récentes de l'équipe d'accueil

 

Brouat C, Rahelinirina S, Loiseau A et al. (2013) Plague circulation and population genetics of the reservoir Rattus rattus: the influence of topographic relief on the distribution of the disease within the Madagascan plague focus. Plos Neglected Tropical Diseases 7, e2266.

Brouat C, Tatard C, Machin A et al. (2011) Comparative population genetics of a parasitic nematode and its host community: the trichonstrongylid Neoheligmonella granjoni and Mastomys rodents in southeastern Senegal. International Journal for Parasitology 41, 1301-1309.

Charbonnel, N.; Cosson, J.F., Molecular epidemiology of disease resistance genes with perspectives for researches on biological invasions and hybrid zones. In New frontiers of molecular epidemiology of infectious diseases, Morand, S.; Beaudeau, F.; Cabaret, J.; de Rycke, J., Eds. Springer: 2011.

Charbonnel, N.; Bryja, J.; Galan, M.; Deter, J.; Tollenaere, C.; Chaval, Y.; Morand, S.; Cosson, J.F., Negative relationships between cellular immune response, MHC class II heterozygosity and secondary sexual trait in the montane water vole. Evolutionary applications 2010, 3, 279-290.

Gascuel F, Choisy M, Duplantier J-M, Débarre F and Brouat C (2013) Host Resistance, Population Structure and the Long-Term Persistence of Bubonic Plague: Contributions of a Modelling Approach in the Malagasy Focus. Plos Computational Biology 9, e1003039.

Guivier, E.; Galan, M.; Henttonen, H.; Cosson, J.F.; Charbonnel, N., Landscape features - fragmentation and helminth coinfection - shape bank vole immunoheterogeneity, with consequences for Puumala virus epidemiology. Heredity In press.

Guivier, E.; Galan, M.; Ribas Salvador, A.; Xuéreb, A.; Chaval, Y.; Olsson, G.; Essbauer, S.; Henttonen, H.; Voutilainen, L.; Cosson, J.F., et al., Tnf-α expression and promoter sequences reflect the balance of tolerance/resistance to puumala virus infection in european bank vole populations. Infection, genetics and evolution 2010, 10, 1208-1217.

Guivier, E.; Ribas Salvador, A.; Chaval, Y.; Xuéreb, A.; Henttonen, H.; Voutilainen, L.; Poulle, M.L.; Cadet, P.; Cosson, J.F.; Charbonnel, N., Concomitant influence of helminth infection and landscape on the distribution of Puumala hantavirus in its reservoir, Myodes glareolus. BMC Microbiology 2011, 11.

Tollenaere C, Brouat C, Duplantier J-M et al. (2010a) Phylogeography of the invasive species Rattus rattus in the western Indian Ocean, with special emphasis on the colonization history of Madagascar. Journal of Biogeography 37, 398-410.

Tollenaere C, Jacquet S, Ivanova S et al. (2013) Beyond an AFLP genome scan towards the identification of immune genes involved in plague resistance in Rattus rattus from Madagascar. Molecular Ecology 22, 354–367.

Tollenaere C, Rahalison L, Ranjalahy M et al. (2010b) Susceptibility to Yersinia pestis Experimental Infection in Wild Rattus rattus, Reservoir of Plague in Madagascar. EcoHealth 7, 242-247.